Recette - Les Banh chiao (crêpes cambodgiennes) & la sauce nuoc-mâm de Seng

DSC09041.JPG

Aujourd’hui, Seng nous partage une recette familiale cambodgienne héritée de sa maman : les Banh chiao, ou “crêpes qui crépitent”. Parfaites à déguster en famille ou entre amis, ces crêpes légèrement croustillantes se dégustent avec la farce de votre choix, une feuille de salade et une sauce nuoc-mâm (comme des nems) !

Ingrédients

  • 100g de farine de riz 

  • 1 cuillère à café de curcuma  

  • 3 cuillères à soupe de bière

  • 100ml de crème de coco

  • 150ml d’eau 

  • 1 pincée de sel 

Comment faire ?

  • Peser la farine de riz 

  • Ajouter la crème de coco, l’eau, la bière et le curcuma 

  • Laisser reposer aussi longtemps que possible au réfrigérateur (min. 1h) 

  • Sortir la pâte à crêpe, bien remuer

  • Sur une poêle à crêpes bien chaude, badigeonner d’huile. Verser une dose de pâte à crêpe

  • Après 1 min, ajouter 1 à 2 cuillères à soupe de farce

  • Laisser cuire jusqu’à crépitement sans couvrir

  • Fermer la crêpe en deux pour former une demi-lune 🌜

  • Déguster avec une feuille de salade, de la menthe, et de la sauce nuoc-mam (à manger avec les mains, c'est plus convivial et encore meilleur croyez nous !)

DSC09054.JPG

Exemple de farce

Seng a choisi ici une farce à base de viande et de crevettes. Quelques indications pour la préparer simplement :

  • Couper 150g de viande de votre choix (échine de porc, haut de poulet, etc.) 

  • Faire cuire la viande avec de l’ail à feu moyen

  • Ajouter 6 crevettes coupées en 3 et un oignon émincé

  • Saler, poivrer

DSC08984.JPG

Astuce : la sauce nuoc-mâm maison

Vous pouvez bien sûr l’acheter toute faite, mais c’est délicieux maison et très simple à réaliser puisque vous avez juste à mélanger les ingrédients suivants :

  • 1 mesure de sucre bien généreuse

  • 1 mesure de sauce de poisson

  • 1 mesure de vinaigre d’alcool (ou de citron) 

  • 3,5 mesures d’eau 

  • Ail, cacahuètes concassées

  • Piments en morceau 🌶️ (si vous êtes chauds)

DSC09048.JPG
Julie AndrieuxCommentaire