Gastrodiplomatie - Les pouvoirs de l’assiette

alice-young-L5mvKk4vi8A-unsplash.jpg

Encore peu connue il y a quelques mois, la gastrodiplomatie fait aujourd’hui sa grande apparition dans vos journaux préférés. Mais que se cache-t-il derrière ce mot peu appétissant ? La gastrodiplomatie est un terme inventé par deux chercheurs américains, Sam Chapple-Sokol et Paul Rockower.  Dérivant du célèbre soft power, la gastrodiplomatie serait l’utilisation de la gastronomie à des fins d’influence, qu’elle soit idéologique, économique ou diplomatique. Tout un programme !


Si l’idée vous paraît saugrenue, réfléchissez pourtant : n’avez-vous jamais eu envie de partir à la découverte de Séoul lors de votre dernier dîner au restaurant coréen de votre quartier ? Ou encore, si vous êtes parisien, ne vous êtes-vous pas réjoui de l’ouverture d’EATALY dans le Marais, salivant par avance à l’idée de tous ces produits réputés qui vous étaient enfin accessibles ? La gastrodiplomatie est ainsi devenue un véritable enjeu économique pour beaucoup de pays, utilisant par exemple le patrimoine immatériel universitaire de l’UNESCO pour faire connaître et valoriser leurs traditions gastronomiques. La France et le Mexique en sont des exemples très récents.

 

En 2002, la Thaïlande est le premier pays à utiliser la gastronomie à des fins diplomatiques : le journal The Economistpublie un article intitulé « Thailand’s gastrodiplomacy » qui met en lumière les efforts du gouvernement thaïlandais pour développer la connaissance du pays à travers le monde grâce à sa gastronomie. Le principe est simple : pour attirer de potentiels investisseurs, il faut se démarquer. Or, qu’est-il plus facile de transmettre en un temps record à travers le monde pour donner un aperçu de la culture d’un pays que sa gastronomie ? La Thaïlande fait le pari de favoriser le développement d’un réseau de restaurants thaïlandais certifiés afin de susciter la curiosité et d’amener le public à traiter de plus en plus avec elle, que ce soit en matière de tourisme ou d’échanges économiques. Le restaurant devient ainsi une antenne de l’ambassade, un outil au service des ambitions culturelles et économiques de tout pays.

 

Bien sûr, les enjeux et visages de la gastrodiplomatie sont nombreux, et le concept lui-même n’en est qu’à ses débuts. La prochaine fois que vous vous rendez dans un restaurant, vous pourrez facilement vérifier si ce dernier est agréé par un ministère ou un office public du pays concerné : vous verrez que votre assiette a plus de pouvoir que vous ne le pensiez ! 

Article concocté par Chloé

Ça vous a plu ? N’hésitez pas à partager cet article via le réseau de votre choix (c’est juste en dessous que ça se passe ! )

ChloéCommentaire